Sports
dimanche janvier 21, 2018
Inscription

D’un côté, on a les partisans du président sortant Mathurin de Chacus et de l’autre, ses adversaires.

Des tracts ont déjà commencé par circuler dans la ville capitale pour dénoncer sa gestion malgré les millions que cet homme investit chaque mois pour maintenir le club Orange et noir d’aplomb. Certains parlent de près de trois millions environ de Fcfa par mois pour pratiquement zéro recette car le spectacle offert laisse à désirer. A preuve, depuis plus de huit ans que ce bureau a été mis en place, l’équipe des Ouéménous n’a rien remporté comme titre.

De quoi s’agit-il en réalité ?

Le bureau directeur composé de 13 membres que dirige Mathurin de Chacus a été élu le 24 juin 2009. Or, nous sommes en septembre. Théoriquement, le deuxième mandat de ce bureau est arrivé à terme depuis le 25 juin 2014. Mais, jusque là, point d’élection. De guerre lasse, les anciens joueurs, les sages, les supporters et autres sympathisants du club ont multiplié des rencontres sous la férule du patriarche Jean-Pierre Agondanou afin d’analyser les voies et moyens devant conduire à une Assemblée générale élective. C’est ainsi qu’il a été proposé et accepté à l’unanimité que le président de Chacus soit reconduit à son poste, que deux de ses pions que sont le vice-président Justin Saizonou et le secrétaire général Claude Paqui soient éjectés et que les anciens joueurs soient présents dans le nouveau bureau pour perpétuer la tradition. Informé de la nouvelle donne, le président de Chacus a balayé du revers de la main le fait que son secrétaire général Claude Paqui soit remplacé par Edmond Dossa, l’ancien secrétaire général du club. C’est justement la pomme de discorde. Pour les adversaires du président sortant, ce bureau n’a aucune légitimité puisque son mandat est arrivé à terme depuis près de trois mois donc il n’a pas droit au chapitre. Mieux, ils estiment que selon l’article 41 de la section 4 du Règlement intérieur du club, aucun membre du bureau directeur ne peut briguer deux mandats successifs au même poste. Or, le secrétaire Paqui qui serait en train de leur être imposé est bien dans cette situation pour avoir brigué deux mandats au même poste. C’est ainsi que des correspondances sont déjà parties au ministère des sports, à la Fébéfoot et au Comité olympique pour mettre qui de droit au même niveau d’information. Dans cette veine, ils pensent l’équipe Orange et noir à des problèmes organisationnels et structurels et que malgré les millions dépensés en huit ans de gestion, cette formation n’a gagné aucun titre digne du nom. « Au dernier championnat de la Ligue 1, notre équipe qui est présentement la plus titrée du Bénin est terminée 12e sur 14 équipes » nous a confié Badarou Raimi, un féru du club. 

Pour les partisans du président sortant, il n’est pas question d’imposer un secrétaire général à leur mentor car c’est il est le seul bailleur du club. Par conséquent, il est le seul à choisir le secrétaire général avec qui il peut travailler étant donné que c’est le point névralgique d’une équipe. Dans cette veine, ils estiment que ce comportement frise de l’ingratitude puisque pour quelqu’un qui a injecté autant de sous pour un football dont il n’est même pas friand, il serait inadmissible de le traiter de la sorte. A en croire certains joueurs, il ne serait pas possible de trouver un président comme de Chacus qui n’est pas regardant en dépense. Or, un club, c’est beaucoup d’argent. Autant mieux le laisser et de bénéficier de ses nombreuses subventions surtout qu’il compte transformer le club en Société anonyme à responsabilité limité (Sarl). « Je pense que c’est une guerre qui n’a pas sa raison d’être. Vous avez quelqu’un qui est prêt à dépenser sans compter pour vous et vous voulez le décourager. C’est inadmissible. C’est à croire que le Portonovien veut d’une chose et de son contraire » s’est indigné Salou Taoficq, un autre supporter.

Ce qui est évident, la tension est vive en ce moment et des campagnes de dénigrement ont commencé de part et d’autre. Dans cette condition, l’Assemblée générale élective apaisée tant souhaitée par tous pourrait-il avoir lieu ? Rien n’est moins sûr. Ce qui est sûr, cette assemblée élective urge puisque le prochain championnat est pour octobre prochain selon une source échappée de la Fébéfoot.  A bon entendeur, salut !    

 

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU