Sports
dimanche janvier 21, 2018
Inscription

Les choses se précisent au sein de cette formation de Ligue 1. Autrefois redoutable, cette équipe ne crache plus du feu depuis un certain temps.

A preuve, la formation la plus titrée du Bénin a terminé 12e du dernier championnat de Ligue 1 sur 14 équipes. Les raisons de cette contre performance sont nombreuses. La cohésion n’est plus au sein du bureau directeur du club dirigé par Mathurin de Chacus, un opérateur économique qu’on ne présente plus. Un bureau dans le quel les hommes de qualité font défaut et dont le mandat est arrivé à terme depuis plus d’un an. Les nombreux supporters dont dispose le club Orange et noir sont désorganisés. Des joueurs de bonne facture font défaut. C’est l’une des rares équipes à ne pas avoir son propre siège. Bref, l’équipe si chère au feu président Moucharaf Gbadamassi  a perdu de sa verve. Toute chose qui n’est du tout pas du goût non seulement des anciens joueurs mais également des vrais supporters et des sages qui savent là oû est enterré le cordon ombilical de l’équipe. C’est ainsi que ne voulant pas laisser le club sombrer dans un précipice affreux, ils se sont retrouvés sous la bienveillante houlette du sage Jean-Pierre Agondanou, le principal fondateur du club. Tout a commencé par une journée de réflexion. Elle a accouché d’un comité mis sur pied à la tête duquel on retrouve le magistrat Firmin Hodé, une tête pensante de l’équipe. Ce comité avait pour tâche principale d’étudier les voies et moyens devant conduire à une Assemblée générale élective apaisée. A cet effet, un travail a été abattu par ce groupe. La restitution en a été faite le samedi 30 Août dernier toujours au domicile du patriarche Agondanou. Il en ressort entre autres que le président Mathurin de Chacus va garder certes son fauteuil mais deux de ses pions, à savoir le secrétaire général Claude Paqui et le vice-président Justin Saizonou devront quitter le navire battant pavillon Orange et noir parce qu’ils n’auraient pas comblé les attentes. Les anciens joueurs feront leur entrée au sein du bureau et à certains postes stratégiques à savoir l’organisation en chef, la trésorerie adjointe, la doublure de l’entraîneur et l’entraîneur des gardiens de but. Sur ces entrefaites, les anciens joueurs se sont retrouvés au domicile des frères Zèvounou pour procéder à une élection aux postes sus cités, notamment le responsable à l’organisation et la trésorerie générale adjointe. A cette occasion, c’est Hounguè Toudonou alias Patati qui a été élu au poste d’organisateur en chef tandisque Bissiriou Ramanou a hérité du poste de trésorier général adjoint. En ce qui concerne les postes du staff technique, ils ont promis les pouvoir plus tard. 

Le président de Chacus preneur à une seule condition

Voilà un président atypique. Il n’est pas tellement foot mais, il s’y investit financièrement. La preuve, ce ‘’having’’ a toujours affirmé à qui veut l’entendre que« le football est loin d’être sa tasse de thé mais que c’est parce qu’il a un amour particulier pour sa ville qu’est Porto-Novo qu’il finance le club Orange et noir. » En effet,  Il est pratiquement le seul à se saigner à chaque saison pour maintenir le club d’aplomb. Les salaires, les primes de matches, les différents déplacements, la santé et tous les autres frais connexes sont à sa seule charge. Une bagatelle de près de trois millions de francs par mois sans rien attendre car les recettes des matches sont infirmes. Evidemment, les spectacles produits laissent à désirer. Alors, hors du territoire national, le président de Chacus n’a suivi aucune rencontre. Informé donc de la nouvelle donne, il ne s’y est pas opposé outre mesure, mais, il n’a pas accepté que son secrétaire général soit évincé au profit de Edmond Dossa, un vieux de la vieille qui a fait ses preuves au Comité exécutif de la Fébéfoot durant des années sous feu Moucharaf Gbadamassi.

Mais, de nos investigations, il ressort que Claude Paqui ne ferait plus du tout l’unanimité pour avoir mal dirigé ce secteur combien sensible d’une équipe qu’est le secrétariat général. Vomi donc par tous, il n’a plus la côte. « Je pense que le président de Chacus veut faire un passage en force en voulant nous imposer ce membre de sa famille alors que le mandat de leur bureau est venu à terme depuis un bon moment. C’est dire donc que ce bureau n’a aucune légitimité et n’a donc pas droit au chapitre » nous a déclaré un membre influent du nouveau bureau qui a requis l’anonymat. De sources proches de l’équipe, une autre réunion a eu lieu hier toujours chez le sage Agondanou. A cette occasion, le point de l’évolution des préparatifs a été fait. Après quoi, le constat a été fait de ce que le président sortant serait en train de refuser la main tendue de la majorité. Toute chose qui ne serait pas de nature à arranger les choses. Une autre réunion est prévue pour se tenir demain. A l’occasion, la date de l’Assemblée générale élective sera retenue de commun accord. Les mêmes sources indiquent que lorsque le président de Chacus déclinerait l’offre pour une raison ou une autre, le plan B sera mis à exécution pour démêler l’écheveau.  C’est dire donc que le nouveau bureau directeur de l’équipe des Dragons prend déjà corps. Il sera formalisé lors d’une Assemblée générale élective dont le résultat sera notifié au comité exécutif de la Fébéfoot dirigé par l’honorable Augustin Ahouanvoèbla. Nous vous tiendrons informer en tout cas de l’évolution de la situation.

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU