Santé
dimanche septembre 23, 2018
Inscription

 

Le régime méditerranéen, riche en huile d’olive, en grains entiers, en poissons et en fruits,

pourrait protéger le cerveau vieillissant des dommages liés aux problèmes cognitifs, selon une nouvelle étude.
D’autres études ont déjà découvert que de tels régimes alimentaires diminuent les risques de dépression, de cancer, de cardiopathies et de mort prématurée.
Cette dernière étude, menée par le Dr. Nikolaos Scarmeas, professeur agrégé de neurologie du Columbia University Medical Center, de la ville de New York, portait sur 712 hommes et femmes d’une moyenne d’âge de 80 ans.
Tous les participants n’avaient aucun antécédent d’accident vasculaire cérébral et une IRM a été pratiquée sur chacun d’eux à la recherche d’infarctus cérébral – des tissus qui auraient pu se nécroser suite à un apport de sang insuffisant.
Même si les infarctus cérébraux sont de véritables accidents vasculaires cérébraux, ils sont si petits qu’ils échappent à notre attention.
Lors de cette étude, 238 personnes avaient au moins un secteur du cerveau endommagé.
Les chercheurs ont également examiné à quel point les participants avaient bien suivi un régime de type méditerranéen durant les six années précédant l’IRM.
Les chercheurs ont découvert, avec les résultats de l’IRM, c’est que les personnes qui suivaient un régime alimentaire plus sain, de type plus méditerranéen, avaient subi moins d’infarctus cérébraux, d’accidents vasculaires cérébraux . Les risques de subir de tels dommages diminuaient chez eux de plus de 36 pour cent.
Selon l’étude, cette diminution du risque était liée au type de régime suivi. Les participants ont été séparés en trois groupes selon le suivi qu’ils faisaient de leur régime : ceux qui suivaient fort peu le régime de type méditerranéen, ceux qui le suivaient modérément et ceux qui le suivaient sérieusement.
Les personnes qui suivaient modérément le régime voyaient la probabilité de subir des dommages au cerveau diminuer de 21 pour cent en comparaison des personnes qui suivaient le moins le régime. Celles qui suivaient sérieusement le régime voyaient le risque diminuer de 36 pour cent en comparaison des personnes qui suivaient le moins le régime.
L’effet du régime sur la santé du cerveau, tel qu’ils l’ont découvert, était comparable à l’effet sur le cerveau d’une absence d’hypertension.

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU