Politique
mardi avril 24, 2018
Inscription

L’opposition et la majorité politique burkinabè ont défini cinq points essentiels sur lesquels porteront les discussions

concernant le dialogue entre les deux camps, initié par le président Blaise Compaoré. Après plus de trois heures de discussions, le binôme Assimi Kouanda et Zéphirin Diabré, désigné pour coprésider le dialogue politique a révélé à la presse les cinq points principaux sur lesquels vont porter les discussions.

«Nous nous sommes accordés sur un document de cadrage dans lequel nous sommes convenus des points qui seront discutés », a annoncé, Assimi Kouanda de la majorité. 

Les cinq points portent sur premièrement, la question de la révision de l'article 37 de la Constitution burkinabè, ensuite deuxièmement, sur la question de l'installation du Sénat.

Quant au troisième point, il concerne les questions relatives à l'organisation de l'élection présidentielle de novembre 2015, tandis que le quatrième a trait aux questions relatives à l'organisation et au fonctionnement du Conseil constitutionnel.

Enfin, le cinquième point est relatif à la question de la contribution de la société civile à la recherche de solutions consensuelles en vue de consolider la paix.

Selon une source proche de la présidence du Faso, les discussions de ce lundi se sont déroulées en l'absence du Chef de l'Etat, Blaise Compaoré.

Le président Compaoré avait rencontré, mardi dernier tour à tour, la majorité et l'opposition politique.

Cette concertation a été suivie, deux jours plus tard, le jeudi 25 septembre par une autre rencontre où le président Compaoré, les a reçus autour de la même table.

C'est lors de ce 2e tête-à-tête que Zéphirin Diabré et Assimi Kouanda ont été désignés pour co-présider le cadre de dialogue.

Des commissions ont été également mises en place, avec pour mission de déterminer les points à aborder lors du dialogue initié par le président du Faso.

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU