Politique
dimanche janvier 21, 2018
Inscription

Rejet de l’étude du projet de révision de la constitution par les députés

Premier échec pour le « compétiteur né »

Marc KOSSOU

« Ici c’est le Bénin, ce projet en l’état ne passera pas ». Tels étaient les propos de l’ancien médiateur de la République,

Albert Tévoédjrè, il y a quelques jours face au projet de révision de la constitution déposé sur la table des députés par le gouvernement de la Rupture et du Nouveau départ. Aujourd’hui, les faits semblent donner raison au frère Melchior. En effet, les députés de la 7ème législature ont rejeté le rapport de recevabilité du projet de révision de la constitution. Retour à la caisse de départ. Un premier échec pour Patrice Talon, surnommé « le compétiteur né » par ses sbires qui à les en croire, l’homme n’aurait jamais connu d’échec dans tout ce qu’il décide d’entreprendre. 

En choisissant de rejeter le rapport de recevabilité du projet de révision de la constitution du 11 décembre 1990, les députés (ceux qui ont voté NON) ont non seulement affiché la volonté du peuple, mais aussi ils ont voulu montrer à l’actuel locataire du palais de la Marina que le Bénin n’est une poste où toutes les lettres doivent passer. En effet, en annonçant à la face du monde que le mois de mars sera celui de la révision de la Constitution, l’actuel Garde des sceaux, Joseph Djogbénou, n’a pas tenu compte des aspirations du bas peuple qui ne demande que le minimum pour survivre. Avec cet échec cuisant du « compétiteur né », il est clair les Béninois peuvent avoir confiance en leurs représentants que sont les députés de l’Assemblée nationale.

Pensons maintenant au Pag 

S’il y a un secteur dans lequel l’actuel régime n’a encore rien fait c’est celui du social. En effet, depuis l’avènement de la Rupture et du Nouveau départ, les Béninois ont eu droit à des suppressions, abrogations, annulations et autres. Le volet social est totalement abandonné avec à la clé la création de nouvelles taxes, l’opération de déguerpissement, une opération mal pensée. Avec le rejet de l’étude du projet de révision de la constitution, le gouvernement doit maintenant se pencher sur la mise en exécution du Programme d’actions du gouvernement (Pag), « le Bénin révélé »,  surtout sur son volet social afin que les populations puissent pousser un ouf de soulagement. Le gouvernement doit également penser à la lutte contre le chômage qui faut-il le rappeler était le cheval de bataille de l’actuel locataire du palais de la Marina pendant les campagnes présidentielles de 2016. L’autre chose sur laquelle le chantre de la rupture et du nouveau départ doit aussi mettre un accent particulier est la sécurité des personnes et des biens. Voilà des points sur lesquels les Béninois attendent désormais voir ou constater des actions venant de la part du gouvernement.

Toutefois, malgré cette sanglante défaite du « compétiteur né », il serait souhaitable  que l'Assemblée nationale en accord avec le gouvernement fasse recourir à une proposition de loi pour reprendre la copie. C'est la voie la plus rapide, cette fois après avoir pris l'opinion de toutes les couches sociales.

 

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU