Politique
jeudi novembre 15, 2018
Inscription

Le Nouveau départ, cette nouvelle marque politique a pourtant été appelée de tous les vœux.

En effet, le chantre de la Rupture et du Nouveau départ a séduit et conquis les consciences par son projet de société tout aussi ambitieux. Mais quand est venu le moment d'amorcer la concrétisation des promesses, l’actuel régime peine toujours à les concrétiser. Parmi ces promesses électorales du Président Patrice Talon, il y a celle qui concerne les nominations dans les différents ministères et directions départementales.

Marc KOSSOU

« Les promesses électorales n’engagent que ceux qui les croient », disait l’actuel Président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji. Mais avec les nouveaux concepts que sont la Rupture et le Nouveau départ, les Béninois ont tôt cru pouvoir compter sur le nouveau régime avec ses promesses mielleuses à la irréalisables. Mais hélas ! Certaines promesses électorales de l’actuel locataire du palais de la Marina ne pourront peut être jamais se réalisées avant de la fin de son mandat. Parmi celles-ci, il y a les nominations sous appel à candidature. En effet, pendant les campagnes présidentielles, le chantre de la Rupture et du Nouveau départ avait annoncé une « rupture » en ce qui concerne les nominations dans les services de l’Etat. A en croire le candidat Talon pendant la présidentielle de 2016, toutes les nominations dans les sociétés d’Etat, les directions départementales et autres services se feront sous lui par des appels à candidatures. « A travers ce processus de nomination, nous allons faire la promotion de l’excellence, de la compétence. L’homme qu’il faut à la place qu’il faut », affirmait-il pendant ces nombreux meetings à l’intérieur du pays. De plus, l’homme a martelé qu’il ne tiendra pas compte des remerciements politiques pour faire des nominations.

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU