Politique
vendredi juin 22, 2018
Inscription

Conjointement organisée par l’Union Interparlementaire (UIP) et l’Assemblée Générale des Nations Unies, conformément

à la Résolution 68/272, l’Audition Parlementaire 2014 a eu lieu les 19 et 20 novembre 2014 à New York et a regroupé plusieurs Parlements du monde. Le thème de cette année est intitulé « Assurer une nouvelle approche basée sur l’homme pour la réussite des Objectifs de Développement Durable (ODD) : une responsabilité partagée ». Ces assises ont connu la participation d’une délégation de parlementaires béninois avec à leur tête le Président de l’Assemblée nationale, le professeur Mathurin Nago. Du point fait par le Service de communication de l’Assemblée nationale on peut retenir ce qui suit :
Pour le Président Nago, la réduction des inégalités à travers le monde est une des obligations de la communauté internationale aussi bien pour les États pris individuellement que pour  les organes de coopération entre Pays. C’est ce qu’il a partagé avec les autres participants lors de son adresse à ces assises. En effet, "La problématique des inégalités et l’impact sur le développement", est l'un des sous-thèmes qui a retenu l'attention du Professeur Mathurin Coffi NAGO, Président de l’Assemblée Nationale du Bénin. La théorie des grandes écoles ont souvent cours à l’occasion de telles rencontres. Cela n'a pas manqué mais il s’est résolument inscrit dans une logique de réalisme, à l’occasion.
Intervenant au nom de la délégation qu'il y a conduit et de l'Institution parlementaire, le Professeur Mathurin Coffi NAGO a d’entrée relevé qu’il est une erreur de croire qu’il suffirait que les parlements prennent des lois pour réduire et assurer l’égalité.  Dans cette veine il affirme qu’au niveau des pays, la situation est plus difficile qu’au niveau des individus et des groupes sociaux.  Il fait la démonstration que les inégalités persistent dans l’accès aux crédits internationaux, la complexité des conditions d’accès aux marchés, le poids de la dette, etc.
Après un bref commentaire, il a indiqué qu'il faut, pour l'intérêt des Nations et la crédibilité des Nations Unies, à la satisfaction de tous les délégués, aller au-delà des belles promesses généralement faites lors des foras. Autrement, à ses yeux le risque, est grand de voir s'installer une certaine illusion ou utopie en ce qui concerne les ODD.  Et pour ne pas donner dans le pessimisme, il a invité les Nations Unies à une responsabilité pour des reformes et des mesures hardies pour l’atteinte effective des objectifs afin de réduire les inégalités à travers le monde.-

F.Z. O

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU