Politique
mardi octobre 16, 2018
Inscription

Pour l’année 2015 Marie-Laurence Sranon Sossou Ministre en charge de la Micro finance, de l’emploi et d’entreprenariat

des jeunes et des femmes doit être toute heureuse et pour cause, le budget de son département a connu une augmentation de plus de 15% par rapport à l’année dernière. Seule ombre au tableau, c’est l’exigence des députés membres de la Commission Budgétaire de l’Assemblée nationale qui ont longuement insisté pour que les opérations d’octroi de micro crédit aux plus pauvres soient effectives dans toutes les localités du Bénin. C’est la ministre elle-même qui a fait savoir ces deux informations majeures ( Augmentation du Budget et couverture intégrale du territoire nationale ) à la presse parlementaire la semaine écoulée
.


 « Le montant de notre budget pour le compte de l’année 2015 s’élève à 13.299.374.000 francs Cfa ; ce qui fait une augmentation de 15,53% par rapport au budget de l’année en cours. Pour ce qui concerne les grandes orientations, je dois vous rappeler qu’il s’agit du Ministère de la micro finance, de l’emploi et de l’entreprenariat des jeunes et des femmes. A cet effet, nous allons orienter ce budget vers la micro finance, l’emploi des jeunes comme nous le faisons, la promotion des initiatives de l’autonomisation à la base. Ce qui est le plus important aujourd’hui, vous avez vu, nous avons lancé la dernière fois le Programme de l’emploi des jeunes ruraux. Puisque de tous les temps, l’emploi s’est occupé des jeunes diplômés sans emploi, mais nous œuvrons également pour l’emploi des jeunes des milieux ruraux. Il faut dire que les députés nous ont surpris agréablement en posant des questions pertinentes pour l’amélioration de nos activités sur le terrain. Ce qui les a plus préoccupés, c’est la couverture intégrale du territoire par le programme de microcrédits pour rendre beaucoup plus visibles nos activités en matière d’emploi et que nous renforcions les microcrédits aux plus pauvres. Mais la question qui était arrivée, c’est comme si le gouvernement continuait à mettre directement les crédits aux bénéficiaires. Non. Aujourd’hui, nous avons un intermédiaire, ce sont les systèmes financiers décentralisés qui sont retenus et qui mettent les crédits à la disposition des femmes bénéficiaires. »
F .Z. O

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU