Pensée du Jour
mercredi juillet 18, 2018
Inscription


L’avocat béninois, Edgard-Yves Monnou n’est pas au bout de ses peines avec la justice.

A peine inculpé pour avoir détourné 700 millions des comptes de Bengaz, une société de droit béninois chargée de la distribution du gaz, qu’un autre dossier de détournement dont il serait le chef d’orchestre, toujours dans la même société, l’éclabousse. 306 millions de francs Cfa, c’est la somme que Me Edgard-Yves Monnou aurait soutiré frauduleusement des comptes de Bengaz au titre de l’année 2017. Création de faux compte bancaire sous de faux noms, Me Edgard-Yves Monnou a usé de tous les moyens peu orthodoxes pour à nouveau soutirer 306 millions des comptes de Bengaz.
 
Assan Okro


Me Edgard-Yves Monnou est de nouveau au cœur d’un détournement de fonds des comptes de Bengaz. Malgré ses déboires avec la justice dans une affaire de détournement de 700 millions des comptes de Bengaz, l’homme de Droit a continué par retirer et ce, de manière frauduleuse des fonds des comptes de Bengaz au cours de l’année 2017.
De quoi s’agit-il ?
La construction du gazoduc commencée en 2004 s’est achevée en 2011. Les paiements sont effectués  dès 2012 . En moyenne 600 millions de Fcfa par an sont payés pour le compte de Bengaz.
Selon les négociations avec la banque néerlandaise de développement Fmo, 80% des revenus de Bengaz devraient servir à rembourser Fmo et 20% pour la gestion quotidienne de la société. Le prêt contracté auprès de Fmo s’lève environ à 17 milliards de francs Cfa. Me Edgard-Yves Monnou n’a jamais respecté ses engagements auprès de Fmo. Aucun remboursement n’a été fait. Dans cette foulée, Me Edgard-Yves Monnou n’a plus jamais organisé d’Assemblée générale depuis 2011 à 2015  mais a passé son temps à siphonner les comptes de Bengaz.
Avertis de la situation, les autres associés ont procédé au blocage du compte Ecobank sur lequel il restait 306 millions de francs Cfa. C’est alors que Me Edgard-Yves Monnou va user de mille subterfuges pour faire débloquer ce compte.
Affaire Badhi-Sarl
Une certaine société Badhi-Sarl aurait effectué des travaux d’une valeur de plus de 300 millions de francs Cfa pour le compte de Bengaz et va procéder à une saisie-attribution sur les comptes de Bengaz.
La réaction des associés contre toute attente de Monnou est d’accepter de payer Badhi-Sarl et de demander à connaitre Badhi-Sarl, ainsi que la teneur des travaux effectués. Des compulsoires sont demandés pour connaitre Badhi-Sarl. Il en ressort que Badhi-Sarl est une entreprise localisée à Abomey-Calavi dont le numéro de Registre de commerce est celui d’un soudeur  auto. Son gérant Luc Aho n’existe nulle part dans le registre d’état-civil, mais recherché à en croire les éléments de la Brigade économique et financière (Bef) pour avoir commis plusieurs forfaits.
En poussant plus loin nos investigations, le numéro de téléphone du sieur Luc Aho ne serait rien d’autre que celui de Léopold Somissou, l’un des bras droit de Me Monnou. Il en ressort que ce dernier possède une entreprise du nom de Badhi-Conseils spécialisée dans l’immobilier et le recouvrement des créances dont il partage le même numéro de  téléphone que Badhi sarl.
Les travaux n’avaient jamais été exécuté par Badhi sarl. Pourtant la saisie attribution a été délaissée à la banque.
Dans ce jeu flou, le Conseil de Badhi sarl, Me Alapini  a du se déconstitué. Mais leurs huissiers ont commencé à se manger le nez. Finalement, cette affaire en cours d’élucidation n’aura jamais de fin. Bien entendu, cette procédure pour tenter de dépouiller Bengaz Sa n’a pas prospéré.

Affaire Grosse délivrée par Me Assossou Quenum, Notaire, exécutée par Me Boboe, Huissier de justice

Il s’agit là encore d’une grosse illégale délivrée sur acte sous seing privé  de surcroit passé en pays étranger que Me Assossou a délivré. Elle est exécutée par Me Boboe . Plus grave, Coryve Investment ou son gérant ne font pas partie des signataires du contrat dont ils se prévalent les recouvreurs.
Toutes ces manœuvres aussi frauduleuses, les unes que les autres auraient permis à Me Monnou via Coryves Investment sarl et Me Boboe de se faire payer la somme de 306 millions par Ecobank, au motif fallacieux que cette somme serait destinée à payer Fmo.
En ajoutant les 698.763.599 F CFA du 9 Août 2016 retirés frauduleusement de la Banque Atlantique  au 306 millions vidés chez Ecobank en Aout 2017, la somme détournée s’élève à plus d’un milliard de francs CFA.
Nous reviendrons dans un prochain numéro sur les détournements effectués par Me Edgard-Yves Monnou de 2011 à 2015.


Affaire à suivre…

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU