Culture
mercredi mai 23, 2018
Inscription

PéPé OLEKA, artiste,  d’origine béninoise,   devenue brillante, qui    s’ illustre  en raison de son genre musical identitaire et propre à elle est  née à Badagry au Nigéria et  a  grandit entre Lagos, Cotonou  et puis Lomè. Très petite, elle voguait déjà  sur  les flots  musicaux. Un père fanatique de Bob Marley, une mère, accro  de la music country,  les liturgies à la messe du dimanche, l’écoute fréquente des chants rituels  du vodou, tout était réuni pour faire d’elle une artiste professionnelle  aux opinions bien affirmées.  Depuis 2004,  elle  s’est installée à Marseille où elle poursuit l’entretien de sa passion.

Elle est l’élue du mois de novembre 2015 dans  le groupe Acteurs Culturels Béninois de la Diaspora. Surprise et émue du choix porté sur sa personne, elle s’ouvre  au public à travers dekartcom.
Suivez- nous… c’est juste quelques mots
 
« Tchité » pour dire « Lève- toi » est le premier album de PéPé OLEKA. Elle  l’a rendu public en 2012. Il s’agit d’un produit  - découverte de  la jeune artiste. En l’écoutant, on se rend compte de la beauté, artistiquement, somptueuse et impressionnante  de l’artiste.  
Sur l’album, on note un jumelage d’instruments traditionnels et modernes. Le tout accompagné d’une voix finesse et raffinée indiquant toute la posture vocale de la chanteuse.  Pour elle, chaque artiste a son identité qui lui est propre.
PéPé OLEKA : « La musique est universelle mais chaque artiste doit pouvoir être identifié à son travail. La créativité n’a pas la même couleur chez tout le monde. C’est pour cette raison que je me garde de juger ce que font les autres. On aime ou on n’aime pas, mais il faut respecter l’esprit de créativité des autres. »
Fidèle donc à ce principe,  notre invitée s’interdit  de juger    les œuvres de ses  collègues.
Approchée pour donner son point de vue sur les artistes- dames de la nouvelle génération au Bénin qui ne chantent  que le sexe, elle répond : « en tant qu’adulte, le sexe fait parti de nos vies. Si ce sujet inspire  plus certains artistes au Bénin, je n’ai pas á les juger. Les personnes qualifiées ainsi que les autorités doivent faire leur travail pour protéger les plus jeunes, qui ne sont pas spécialement informés á ce propos. »
PéPé OLEKA, ne voulant pas alors donner une besogne de plus aux responsables de son pays,  à l’opposé de ses sœurs, spécialistes  des chansons liées  aux gabegies sexuelles, préfère  chanter  les valeurs humaines, le courage, la perspicacité… Ses compositions sont simplement une école de vie.
En 2004 quand elle se rendait à  Marseille où elle vit actuellement, c’était pour des raisons familiales. Mais au  fil des années, la jeune Béninoise s’est  enracinée  dans cette ville qu’elle trouve d’ailleurs « chaleureuse et naturellement ensoleillée ». Elle y a fait des rencontres exceptionnelles qui ont favorisé l’ouverture de son art  à  l’Europe.  
Désormais, sa principale activité en France et dans toute l’Europe est la musique.  Multiplication des concerts, rencontres culturelles, travail en studio : elle ne fait que ça.  Et c’est le Bénin qui en gagne.
Parce que partout où elle passe, s’affiche l’identité remarquable de la culture béninoise.
« J’ai ma propre structure qui m’a permis de co- produire mon album « TCHITE. A mon arrivée en France, j’ai dû reprendre les études, et faire plusieurs formations professionnelles de certains métiers qui me passionnent également. Je suis une personne manuelle, qui aime son autonomie, alors, lorsque j’ai une période sans date de concert, car c’est parfois le cas, je n’ai pas honte de faire un autre travail ponctuellement »,  a  indiqué  la chanteuse avant d’annoncer   à  votre site que son prochain album sera entièrement enregistré au Bénin.
Jeune  artiste épanouie, PéPé OLEKA est mariée et mère de deux garçons.  Le dernier est né, il y a trois ans.  A table, elle a un goût très prononcé pour  « la sauce KRINKRIN (nions  wi) aux fruits de mer, avec sa boule d’agbelimanwê. « Seuls les vrais savent », s’éclate-t-elle.
Esckil AGBO

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU