Avis & Communiqués
mercredi juillet 18, 2018
Inscription

 

Contact : M. AbouBamba , coordonnateur régional , Convention d'Abidjan / PNUE

Tél: +225 027 18781

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Conférence sur le domaine maritime Africain

 

PORT ELIZABETH, Afrique du Sud  10 Nov 2014 - A un mois de la célébration de l’anniversaire de la mort du père de la Nation arc-en-ciel, Nelson Mandela, s’est ouvertehier la Conférence sur le Domaine Maritime Africain dans la Province du Cap Oriental en République d’Afrique du Sud. 

L’honorable PhumuloMasualle, Premier Ministre de cette province a procédé à l’ouverture de la conférenceen présence du Ministre de l’Environnement de la République des Seychelles, Peter Sinon, hôte de marque de cet important évènement dont le thème principal porte sur l’économie bleueen Afrique. 

Dans son exposé liminaire, Derrick SAWARTZ, Vice-Doyen de la Nelson Mandela MeptropolitanUniversity, hôte de la conférence, a mis l’accent sur la nécessité pour l’Afrique de disposer d’un document stratégique pour lagouvernance des océans. Ce documentdevrait promouvoir le renforcement des capacités humaines et institutionnelles sur le continent. En outre, ildevrait s’articuler autour des secteurs majeurs suivants : le transport maritime, la gouvernance, le tourisme,la pollution, la pêche, l’énergie, etc. 

1.Participant à la conférence au nom de la Convention d’Abidjan, M. Abou BAMBA, Coordonnateur Régional, a plaidé notamment pour : 

Une meilleure connaissance de l’état des ressources marines et côtières ainsi que leur valeur économique, de la façade atlantique du continent ; 

Une Gouvernance des océans dont le but ultime serait de réduire la pauvreté et améliorer le bien-être des populations;

Une coopération technique et scientifique basée sur des expériences à succès observées ailleurs dans le monde;

La Convention d’Abidjan entant qu’uniquecadre politique, institutionnel et juridiques’impose comme un instrument approprié pour la mise en œuvre des politiques et des programmes de gouvernance des océans à l’échelle de l’Afriquede l’Ouest, du Centre et du Sud. , Au regards de son mandat, sa couverture géographique qui s’étend sur 22 pays de la Mauritanie à l’Afrique du Sud, les protocoles sur la pollution maritime ainsi que celle d’origine tellurique, la Convention d’Abidjan apparaît comme une opportunité réelle pour l’Afrique qui entend  relever les défis posés par la gouvernance des océans, notamment ceux liés à la pêche, à l’exploration et l’exploitation des ressources minières et minérales offshore, à la protection du milieu marin et côtier ainsi que la responsabilité et l’indemnisation/réparation des dommages causés au milieu marin. Dans sa conclusion, M. BAMBA a fait savoir que « si l’Afrique a manqué les révolutions agricoles, industrielles ainsi que celles des technologies de l’informationmais ne devrait en aucun cas est absente du rendez-vous de la révolution bleue synonyme de développement et de progrès social et économique ».

___________________________________________________________________________

Note aux rédacteurs : 

Pour plus d'informations, veuillez contacter: M. Abou Bamba, coordonnateur régional, Convention d'Abidjan / PNUE - Tél: +225 027 18781 - Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Convention d’Abidjan

 

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU