Actualité
mercredi juillet 18, 2018
Inscription

C’est au cours de la plénière consacrée à l’examen de la proposition de loi portant identification des personnes physiques

qui a eu lieu le vendredi dernier au Palais des gouverneurs à Porto-Novo que le député Nouréni Atchadé s’est dit gêné de constater la lenteur autour de la question de l’émission des passeports diplomatiques au Bénin. Cela date de plusieurs années et à l’extérieur, le Bénin est perçu comme un pays qui n’existe pas sur la planète terre.  Face à cette situation, il a invité le gouvernement à prendre ses responsabilités dès lors que la loi portant identification des personnes physiques s’occupe de la question de l’identification de tous les Béninois.

 

*Lire ci-dessous l’intégralité de son intervention:*

 

« …Merci beaucoup monsieur le président. Je voudrais très sincèrement féliciter la commission des lois pour ce bon travail puisque tout le monde était  inquiet à la lecture de la proposition de loi surtout quand on lit les motifs. Tout le monde en était inquiet, les populations avec nous, et je crois que ce travail fait par la commission des lois vient apaiser tout le monde ainsi que les populations. C’est pourquoi je trouve que c’est l’occasion pour nous d’en parler pour que les populations puissent savoir que ce n’est pas le même texte que nous sommes entrain d’étudier. Et je me réjouis de ce que le texte de base a été changé. Félicitations donc pour la commission pour ce travail. Je me réjouis également que dans le rapport, le gouvernement a pris l’engagement d’assurer les charges qui seront liées à cette activité et je voudrais le féliciter pour ça.  Je voudrais comprendre puisque le gouvernement est là les ministres sont également là, me rassurer davantage que les 10.000 FCFA, même si c’est une erreur, il faut que les populations puissent comprendre que les 10.000 FCFA annoncés par carte d’identité dans la proposition de loi effectifs même si ce n’est pas dans loi, lors de la délivrance des documents qui seront liés à cette loi que nous sommes entrain d’étudier. Parce que nous sommes un Etat et nous allons délivrer des documents à usage multiple, nous allons délivrer par exemple la carte d’identité et qui peut servir à voter et su le citoyen doit payer sa carte d’identité à 10.000 FCFA pour aller voter ou pour faire d’autres choses, je crois que ce ne serait pas juste. Et quand je prends un citoyen  d’une localité comme la mienne, il lui sera difficile de trouver 10.000 FCFA pour prendre une carte d’identité ou encore lorsqu’il sait que c’est pour aller voter. Je voudrais que le gouvernement nous rassure les populations que l’objectif de cette loi, ce n’est pas pour faire des économies à l’Etat lorsqu’il est annoncé que 120 milliards seront déboursés  en 10 ans et en 10 ans, on pourrait avoir 130 milliards de FCFA.  Le gouvernement est là, s’il peut rassurer les populations, ce serait bien.  Je voudrais dire pour finir qu’une chose   est de voter les lois, une autre est leur application. Dans le domaine du recensement, nous sommes entrain de voter plusieurs lois et on les applique souvent très mal. On les néglige si je prends par exemple le cas de Cos/Lepi, à l’issue de cette loi-là que nous sommes entrain d’étudier, que va devenir le Cos/Lepi ? Le Ramu, le recensement général….je voudrais être rassuré qu’on ne va pas voter une loi de plus. Monsieur le président, je le dis d’autant plus que  depuis près de 5 ans, nous sommes entrain de parler  du passeport diplomatique et biométrique. Et on est presque le seul Etat  dans la sous région qui a encore un passeport diplomatique chiffon. Je dis chiffon parce que son usage est très difficile. Lorsque vous allez dans les aéroports, on vous regarde comme si vous venez d’un pays qui n’existe pas sur cette  planète.  Monsieur le président, si on est incapable à la date d’aujourd’hui, cela fait 5 ans que le problème existe, de régler la question du passeport diplomatique et biométrique, est-ce que c’est sur le plan national, l’identification biométrique de tous les Béninois, qu’on va surprendre? Monsieur le président, je suis gêné et je voudrais inviter le gouvernement à prendre  ses responsabilités.»

 

 

*Propos recueillis par Bachirou Assouma

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU