Actualité
samedi avril 21, 2018
Inscription

(Lire le pourquoi et le comment )

Après le changement, l’émergence, la refondation, les Béninois auront à faire très bientôt à un nouveau concept dont seul le pouvoir Yayi a le secret : le pays va changer de nom. A la place de l’appellation actuelle, République du Bénin( RB), des esprits malins proposent dans le cadre des reformes de la refondation et pour être plus juste, dans le cadre d’une révision de la Constitution devant établir l’avènement de ce qui est appelé à être considéré comme une nouvelle République, l’appellation République Démocratique du Bénin ( RDB).

Francis Z. OKOYA

Dans les entrailles du pouvoir de Yayi II, l’idée de la nouvelle appellation République Démocratique du Bénin ( RDB) est sérieusement agitée. C’est ce que révèlent des bruits de couloir au Palais de la Marina et dans des cercles très fermés de la mouvance au pouvoir favorables au maintien de Boni Yayi au pouvoir après la fin de son dernier mandat en 2016. Si l’on considère par expérience que les rumeurs au Bénin se transforment on ne sait comment, quelques temps plus tard et dans une très large mesure, en des informations et des faits avérés, l’on a bien des raisons de considérer qu’il s’agit ici d’un ballon d’essai peu ou pas du tout innocent.

Le pourquoi d’une nouvelle appellation pour le Bénin

Le Chef de l’Etat l’a confirmé ces derniers temps à deux reprises en moins de quatre (04) jours : la Constitution du 11 décembre 1990 sera révisée. Boni Yayi précise cependant que l’article 42 portant sur le nombre de mandat ne sera pas touché. Seulement, rien n’est clairement dit sur tout ce qui sera touché et modifié dans l’ensemble du texte de la loi fondamentale. Mais les esprits avertis montrent que le toilettage constitutionnel vise en réalité et en définitif à faire croire qu’il s’agit d’une nouvelle République, une thèse déjà combattue par des politologues et des juristes de grande carrure. C’est donc pour donner de la consistance et en ajouter aux arguments d’une nouvelle République que des esprits manipulateurs proposent dans les modifications à apporter à la Constitution, celles de l’article 1 en son du 1er alinéa et l’article 2. Voilà le pourquoi de cette surprenante et suspecte reforme de la refondation.

Comment changer le nom actuel du pays

La voie pour parvenir à cette fin est toute tracée. Il s’agit au sens propre comme au sens figuré, d’une double voie. D’abord, si par les gymnastiques dont le pouvoir a le secret, sa majorité parlementaire atteint les 66 députés ( ils sont actuellement 61), la révision de la Constitution sera, conformément et entièrement selon les souhaits des refondateurs, juste une formalité comme l’a été le vote du texte de loi sur la corruption, une loi examinée et adoptée dans la corruption selon certains députés de l’opposition. Mais au cas où la majorité requise pour la révision ne sera pas acquise, les révisionnistes auront celle requise pour faire adopter la loi sur le référendum. Le cas échéant, la révision de la Constitution avec la nouvelle appellation du Bénin sera obtenue par le suffrage universel, un vote qui sera basé sur la Lépi de Bako, synonyme d’un K.O garanti.

Cela a été dit et écrit il y a quelques jours, la thèse de la nouvelle République pour un 3ème “1er nouveau mandat” se précise. Les pièces du puzzle se mettent en place lentement mais sûrement. Seulement depuis 1990, le Bénin a été considéré par toute la communauté internationale comme un pays démocratique et à un certain moment comme le 1er pays démocratique de l’Afrique. Ce mérite n’a pas été obtenu juste par le changement de nom mais par des faits socio-politiques qui ont forcé l’admiration de plus d’uns. Enfin et comme le souligne un internaute interpellé par le sujet, il est une évidence que “les pays reconnus démocratiques n’ont pas collé ce thème à leur nom.”

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU