Actualité
vendredi octobre 19, 2018
Inscription

Quelqu’un a dit que quand on a le pouvoir, on l’exerce. Les Fcbe et compagnie ont le pouvoir à l’Assemblée nationale. C’est légitime pour eux de l’exercer. Mais par contre les dispositions du Règlement Intérieur. On a justifié la suspension de la retransmission en direct du débat sur la loi interdisant la grève aux douaniers par le fait que des députés auraient été menacés et mis en garde contre les propos qu’ils tiendront le jour du vote de cette loi. Mais c’est oublier consciemment ou inconsciemment que les archives de la presse parlementaire regorgent de productions dans lesquelles les interventions des députés ont été intégralement transcrites conformément aux prescriptions de l’article 40 alinéa 1 du Règlement Intérieur de l’Assemblée nationale. A moins que le Président de l’Assemblée mette en application les dispositions des alinéas suivants du même article. C’est dire donc que si le souci était la sécurité des députés, le Président de l’Assemblée pourra demander une plénière à huis-clos…Seulement vu la délicatesse de loi contre la grève des douaniers, cela aurait été perçu comme un autre coup fourré.

Francis Z. OKOYA

ENCADRE

CHAPITRE VIII : SEANCES ET DEBATS

Article 40.- Caractère public des séances de l’Assemblée nationale

40.1 – Les séances de l’Assemblée nationale sont publiques.

40.2 – Néanmoins à la demande du Président de la République, du Bureau de l’Assemblée nationale ou du tiers des députés dont la présence est constatée par appel nominal, l’Assemblée peut siéger à huis clos.

40.3 – L’Assemblée nationale décide ultérieurement si le compte-rendu intégral des débats à huis clos peut être publié.

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU