Actualité
dimanche juillet 22, 2018
Inscription

En Argentine, une jeune femme de 22 ans a épousé, le jour de la Saint-Valentin, l’homme condamné coupable de l’assassinat de sa soeur jumelle. Les habitants de la ville de Pico Truncado se sont réunis pour protester contre ce mariage.

En Argentine, Edith Casas, une jeune femme de 22 ans a épousé jeudi, jour de la Saint-Valentin, Victor Cingolani, condamné pour le meurtre de sa soeur jumelle, rapporte le site de TF1. “La cérémonie entre Victor Cingolani et Edith Casas a été brève, ça a duré entre 15 et 20 minutes. Il y a avait des proches du marié, mais pas d’elle“, a indiqué à l’AFP sous couvert de l’anonymat une source aux services de l’état civil de cette ville pétrolière de 20 000 habitants.

Des pierres et des oeufs

Malgré un important dispositif de sécurité, à la sortie de la mairie, une vingtaine de personnes ont lancé sur Victor Cingolani, condamné à 13 ans de prison pour le meurtre de Johana Casas, la soeur jumelle de sa toute nouvelle épouse, des pierres et des oeufs.  Les habitants de la ville de Pico Truncado, située à 1500 km au sud de Buenos Aires, s’étaient en effet réunis pour protester contre cette union qu’ils jugent scandaleuse, rapporte les télévisions locales.

Le jeune époux a lui été raccompagné jusqu’à la prison par de nombreux gardiens appuyés par des agents de la police antiémeute chargés de contenir la violence de la foule. “Je veux former une famille avec Victor parce que je l’aime. Il est innocent, que le véritable coupable paie pour le meurtre de ma soeur!”, a crié haut et fort Edith Casas à la presse avant la cérémonie.

“Pour moi, mes jumelles sont mortes”

“Pour moi, mes jumelles sont mortes. Johana est avec Dieu et Edith avec le diable”, a déclaré Valentin Casas, le père des deux jeunes femmes, la veille du mariage de sa fille Edith. Il faut dire qu’en 2010, Victor Cingolani, détenu à la prison de Pico Truncado, dans la province de Santa Cruz, a été reconnu coupable du meurtre de Johana, dont lui et son complice Marcos Diaz avaient été les amants. Si Edith Casas est convaincue de l’innocence de son époux Victor Cingolani, son père reconnaît en lui “le véritable assassin” de sa fille Johana, “un psychopathe”.

La jeune mariée ne souffre d’aucun trouble psychologique

Avant de se marier, Edith Casas a été soumise à des examens médicaux qui ont été réclamés par sa mère. Les médecins avaient conclu que la jeune femme de 22 ans ne souffrait d’aucun trouble psychologique. La justice a alors autorisé le mariage qui était initialement prévu pour le mois de décembre, mais qui avait été suspendu en raison de la requête de la mère.

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU