Actualité
mercredi juillet 18, 2018
Inscription

Boni Yayi a raté l’occasion de surprendre jusqu’au bout les Béninois. Au vu des attentes exprimées par les compatriotes de tous bords, de la composition de la nouvelle équipe, des tractations qui ont précédé la formation de cette équipe gouvernementale, avec  l’officialisation, peu avant, de la position du Prd auquel il voulait ouvrir son gouvernement, on se rend compte aisément que si Yayi a réussi son coup médiatique, il est passé à coté de son sujet.

Tout ca pour ça ! ont dû s’écrier beaucoup de Béninois à la révélation de la composition de la nouvelle équipe du Président Boni Yayi.  Tant l’espoir suscité par la fameuse dissolution était fort. Et c’est peu dire pour rendre compte des vrais sentiments des Béninois face à ce dont Boni Yayi a voulu faire un grand coup médiatique. Espoir, surprise, doute, réprobation, critiques acerbes, le coup de Yayi a, comme on le dit vulgairement, mélangé les Béninois, foudroyant tant par son caractère sensationnel qu’inédit. Et la presse, fatiguée de ressasser et de relayer les arguties sur l’autre vrai-faux projet (de révision) de Yayi,  s’est saisi du sujet. En cela, Yayi a réussi son affaire. Il a réussi à capter l’attention de tous les Béninois, y compris ceux, nombreux, dépités et blasés, qui ne voulaient plus rien entendre ou rien attendre de son régime. Il a réussi à sortir, les déçus et les mécontents, du silence auquel on les a contraints ; les uns et les autres se mettant à croire que le jour s’est résolu à se lever plus tôt que prévu, depuis cette longue nuit du K.O. Fiat lux, ont crié les plus optimistes pour saluer cette nouvelle trouvaille du Président de la République. En témoignent ces vox populi de Béninois suggérant à Boni Yayi de saisir l’occasion pour donner un signal fort, pour régler les problèmes en instance et qui empoisonnent le quotidien des Béninois. Les Béninois ont ressorti justement les dossiers d’empoisonnement et autres, demandant au Père de la nation de mettre la balle à terre et de faire appel à tous les fils du pays, pour l’accompagner le reste du temps qu’il a à conduire les destinées du Bénin. Dans la foulée, beaucoup ont vu dans un songe un Gouvernement d’union nationale. S’il en avait eu l’idée, si c’était le bon coup qu’il avait prévu pour les Béninois, le constat est là aujourd’hui, que Boni Yayi n’y a pas réussi. Et ce n’est pas faute d’avoir essayé.

 Du défaut de sincérité  à la ruse

Si l’on ne peut dire que Boni Yayi a voulu vraiment saisir l’occasion de la dissolution de son Gouvernement pour décrisper l’atmosphère très tendue qui règne dans le pays depuis les dernières grosses affaires, on sait au moins désormais qu’il a voulu ouvrir son équipe à l’opposition, à travers le Prd. Un Prd qu’on peut considérer comme un moindre mal pour lui, ses positions n’étant pas aussi tranchées que celles d’une Union fait la Nation. Mais, même là, Boni Yayi a échoué. Et le communiqué du Prd qui n’a pas voulu faire cette fois-ci dans le clair-sombre est assez édifiant. «Aux termes des échanges empreints de la plus grande courtoisie, il est apparu des divergences… sur l’appréciation de la situation dans notre Pays le Bénin. » Il faut saluer le pas fait par Boni Yayi. Mais il faut relever aussi qu’il s’est soldé par un échec. Visiblement pas parce que l’invité n’a pas répondu à l’invitation, mais parce que celui qui a pris l’initiative, en l’occurrence le Chef de l’Etat, n’est pas allé au bout de son intention. On en vient à se demander s’il s’est agi d’un acte véritablement sincère au départ ; si cette volonté d’ouverture était vraiment forte. Le cas échéant, elle aurait pu aider Boni Yayi à surpasser les points de divergences évoqués par le communiqué du Prd, qui sont des sujets connus de tous les Béninois. Qui peut en effet honnêtement soutenir le contraire de l’état des lieux fait par le Président Adrien HOUNGBEDJI et révélé par le communiqué du Prd? « Le Bénin traverse une grave crise politique, économique, sociale et morale dont la résolution exige la mise en commun de toutes les intelligences et de toutes les énergies, à l’issue d’un dialogue inclusif et constructif entre toutes les forces politiques sur la gouvernance du Pays, et ce à l’initiative du Président de la République ». Il y a là, à la fois l’état des lieux et la voie royale pour faire face au mal diagnostiqué. On se demande alors ce qui a empêché Yayi d’aller plus en avant dans ses intentions. Soit la volonté n’existait pas ou elle n’était pas suffisamment forte, soit il s’agit d’une nouvelle ruse politique, dont participe le coup de la dissolution. Ce faisant, Boni Yayi rate l’occasion de réaliser un gros coup politique, au sens positif du terme. Conséquemment, il a réduit, consciemment ou inconsciemment, sa marge de manœuvre par rapport aux attentes des Béninois, abondamment relayées par ces derniers jours où le pays est resté sans Gouvernement. Au finish, on se retrouve avec du déjà vu. Un non événement, tout simplement.

 

Jean-Marc Aurèle AGOSSOU

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU