Actualité
dimanche janvier 21, 2018
Inscription

On ne peut pas vouloir d’une chose et son contraire en même temps. Alors que Patrice Talon actuellement sur le sol français se bat pour obtenir l’asile politique, ses sbires au Bénin s’acharnent actuellement sur les investisseurs étrangers qui interviennent dans le développement du tissus économique .C est le constat depuis quelques jours dans certains médias au Bénin animée par des anciens ministres ,anciens députés voire certains responsables d’organes de presses et cela ne vient que commencer. Plusieurs propos à caractère raciste xénophobe et haineux illustrent les faits .Quels torts  ont commis ces investisseurs étrangers d’avoir réussir  dans des domaines où les hommes d’affaires nationaux manquent d’expertises .Un dirigeant soucieux du développement économique de son pays ne peut que confier des projets engageant l’avenir économique de son peuple à des groupes leaders capables de réussir et c’est cela le développement .Pour preuve pendant vingt ans, l’Etat béninois a engagé des milliards de francs CFA pour la mise en place du guichet unique portuaire  par des opérateurs économiques béninois dont on parle mais rien n’a bougé. Il aurait fallu une concession après appel d’offre en 2010 au groupement Bureau Veritas/soget pour que le guichet unique portuaire béninois soit une réalité  en novembre 2011 avec la création de la société de droit béninois à économie mixte SEGUB.:51% au groupement bureau Veritas et 49% à l’Etat béninois. Aujourd’hui cette plate-forme virtuelle dédiée à la communauté portuaire est une fierté  pour tous les usagers du port autonome de Cotonou au point où plusieurs chefs d’Etat de la sous-région viennent spécialement au Bénin pour copier le modèle béninois.

La concession d’un quai à containers au groupe Bolloré a permis des investissements de qualité dans la chaîne logistique du port autonome de Cotonou. Les deux nouveaux portiques de dernière génération et beaucoup d’autres engins ultra modernes de manutention ont accrus la compétitivité du port autonome de Cotonou. Bientôt la réhabilitation de l’Ocbn entraînant la rénovation des chemins de fer béninois sera une réalité suite à la concession au groupe Bolloré. Cette réhabilitation de l Ocbn a été pendant des années confiée à des investisseurs béninois mais rien n’a bougé. Pour ne citer que ces deux exemples là. Le développement d’une nation n’est ni philanthropie ,ni copinage mais une vision et  c’est cette vision prospective qui oriente les dernières décisions prises par le gouvernement  dans le secteur portuaire pour la compétitivité  du port autonome de Cotonou poumon de l’économie béninoise .

 Du bon usage du droit d’asile

L’épilogue du dossier Patrice Talon pour son extradition sera connu le 04 décembre .Alors que Talon use de tous les moyens pour bénéficier de l’asile politique en France ,ses partisans au Bénin députés, anciens députés, anciens ministres, se livrent à une campagne  xénophobe d’intoxication contre les investisseurs étrangers européens en terre béninoise .

De Bolloré à Bureaux Véritas en passant par Nocibé, ce sont tous des investisseurs étrangers  et français de surcroît qui sont attaqués. Ceci pourrait aboutir à des situations incontrôlable après telle les prises d’otages, les assassinats et autres. Plusieurs pays autour de nous subissent déjà ces agissements amorales et nous nous devons de préserver notre pays de cette déviance qu’un seul individu veut à tout prix amener. Patrice Talon doit savoir que le droit d’asile sur le territoire français obéit à des lois françaises. Pas besoin de chercher refuge en Europe et plus précisément en France en livrant les investisseurs européens présents au Bénin à la vindicte du peuple. Car l’obligation aux lois qu’on s’est données est liberté . Si Patrice Talon ne se reproche rien qu’il rentre chez lui au Bénin en homme libre et s’explique.

La France doit protéger ses investisseurs à l’étranger

A l’heure où la France s’apprête pour rendre une décision au sujet de l’extradition ou non de Patrice Talon et compagnie elle doit penser  aussi à la protection de ses ressortissants sur le sol béninois. Si cette décision vient à être en faveur de Patrice Talon ,elle doit être accompagnée de sérieux engagements de ce dernier surtout en ce qui concerne les lois de la république française .Pas question de profiter de son exile en France pour déstabiliser une nation démocratique modèle en Afrique .Cette cabale en cours contre les ressortissants ,investisseurs européens et français livrée par ses partisans au Bénin doit cesser le plus rapidement au risque de compromettre sa présence dans l’espace shengen. Si la justice française venais à décider de son extradition vers le Benin que de sérieux engagements soient pris par Les autorités béninoises pour lui faire bénéficier d’un procès équitable pour qu’il vienne s’expliquer par rapport aux faits qui lui sont reprochés devant la justice béninoise .Dans les deux cas la France a son rôle à jouer pour le respect et le triomphe de la démocratie au Bénin.

Assan AKRO

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU