Actualité
mercredi juillet 18, 2018
Inscription

(Extraits des câbles diplomatiques américains)

2009, Oct 29 — Rémi Maréchaux, un des deux conseillers du personnel sur l’Afrique à la présidence française, a rencontré le nouvel ambassadeur américain au Bénin James Knight le 23 Octobre.

Maréchaux dit que le Bénin n’allait pas bien politiquement et économiquement, mais a déclaré que Le président Boni Yayi a toujours gardé sa parole à la France sur de nombreux engagements et promesses.

Maréchaux a cité plusieurs lacunes de Yayi – son statut de chef d’une minorité, son incapacite à construire des alliances politiques, son impulsivité et le style erratique de gouvernance, et son incapacité à mener à bien des programmes annoncés.

Cela dit, Maréchaux dit que Yayi n’etait pas personnellement corrompu et qu’il avait l’éducation et le profil pour être président. Maréchaux a noté avec regret que Yayi semble être en mode campagne perpétuelle, “faisant toujours des promesses, qu’il ne tenait jamais”

Après avoir décrit les faiblesses de Yayi, Maréchaux a déclaré que “malgré tout, nous l’apprecions, en grande partie parce qu’il est fiable” (NOTE: Ce facteur “fiabilité” semblait occuper une place importante dans l’évaluation qu’a fait Maréchaux de Yayi. FIN DE NOTE.)

Les relations bilatérales sont bonnes, et le Bénin a été une fréquente destination des dirigeants et fonctionnaires français.

Maréchaux a déclaré qu’il n’y avait aucune preuve claire de trafic de drogue au Bénin, mais le pays est resté vulnérable en raison de sa proximité avec Le Nigeria et la longue tradition au Bénin de la contrebande de toutes les sortes.

Se référant aux indications que Le président Obiang de la Guinée équatoriale se rapprochait de Yayi, Maréchaux a déclaré que la raison était clairement «l’argent».

Porto-Novo, 26 Août (ABP) – Un terrible accident de la circulation a eu lieu tôt vendredi matin à 8 heures 25 minutes au niveau du grand carrefour du cinquantenaire à Porto-Novo. Le bilan est d’un mort et une autre personne grièvement atteinte, transportée à l’hôpital de Porto-Novo.

Selon les témoignages reçus sur les lieux du drame, les deux victimes se sont remorquées sur un engin mate. N’ayant pas attendu après le passage au rose des feux tricolores, situé au niveau de chaque extrémité de ce grand carrefour, ils ont brûlé le feu.

Un camion gros porteur, de marque Renault, immatriculé AK 1681 RB, venant en toute vitesse du quartier Dowa, les a percuté et écrasé sur le coup.

Le jeune homme, la trentaine révolue, a été inerte, le visage défiguré, imbibé de sang, est mort sur le champ. Le second qui était derrière, s’en sort jusqu’à l’heure de la rédaction de ce papier, avec des blessures.

Il a été transporté d’urgence au Centre hospitalier départemental de l’Ouémé et du Plateau (Chdo/OP), de Porto-Novo, afin de suivre des soins intensifs.

Les sapeurs pompiers et la police, débarquée sur les lieux s’affairent. Les premiers pour le transport et les seconds pour la régulation de la circulation et le constat d’usage.

ABP/WM

 

A la loupe : Ça balance et ca rebalance pour la ministre Onifadé

Par 

La tribune de la capitale

Publié : 08/02/2013Posté dans : Actualité, news flashTags :

•Commentaires [0]

•Facebook

•Editer le Post

Entrée au Gouvernement courant avril 2012, Sofiath Onifadé, en est avec le dernier remaniement technique intervenu, à son troisième et différent fauteuil ministériel en moins d’un an. De l’Energie et des mines, Sofiatou Onifadé Baba Moussa a fait un tour au Ministère du Commerce avant d’atterrir par décret du 2013 – 008 du 05 février 2013 à la tête du département des Micro finances. Si elle-même et les siens peuvent rendre grâce d’être toujours dans l’équipe gouvernementale, le constat est là : ça balance et ca rebalance pour la ministre Onifadé. Hélas cette balançoire n’est ni relaxante pour elle ni heureuse pour celui qui en détermine les mouvements. Avec l’hypothèse qu’elle a intellectuellement plusieurs cordes à son arc et que donc elle peut occuper n’importe qu’elle poste ministériel, la véritable question de l’efficience s’impose à tous les observateurs. Un  gouvernement, n’est quand même pas une boutique de denrées alimentaires où un premier vendeur peut laisser sa place à un autre vendeur à n’importe quel moment en indiquant juste le stock et la recette journalière. Dans une équipe de football, un joueur qui joue à un  poste différent à chaque marche sera peut-être applaudi. Ce n’est pas le cas dans une équipe gouvernementale. Désormais le statut de « ministre pool », de « ministre dépanneuse » traduit tout au moins deux faits : Primo, la composition des trois derniers et différents gouvernements de Boni Yayi ne repose sur rien de prospective et le jeu de dame, la balançoire qu’on y note, est l’expression d’incohérence et d’absence de Gestion Axée sur les Résultats. Sinon que ceux qui comprennent comment et pourquoi un juriste peut quitter le ministère de la Justice pour celui du commerce nous l’expliquent objectivement.

Pour en revenir à la 2ème leçon essentielle à tirer du mic-mac vécu par Sofiath Onifadé, il faut loucher du côté politique. L’intéressée a fait ses preuves aux côtés de l’honorable Sofiath Chanou et du couple Wabi en participant de manière active à l’élection en 2007 puis la réélection en 2011 de la seule député Fcbe de la 19èmecirconscription électorale. Sofiath Onifadé en a aussi pour beaucoup dans le changement de la configuration politique du Conseil municipal de Porto-Novo. Mais apparemment pour Boni Yayi, ce n’est pas assez ou ce n’est rien du moins aujourd’hui. Voilà ce que Sofiath Onifadé et son cercle politique doivent comprendre si tant est que l’objectif de la ministre et de faire  ses preuves….à moins de se contenter d’être dans l’équipe quel que soit le poste.

Francis Z. OKOYA

La 37ème Conférence permanente des Chambres consulaires africaines et francophones est désormais dans les annales du monde des affaires. Mais Cotonou qui l’a abritée les 03 et 04 novembre 2011, s’est vue offertes d’innombrables opportunités économiques avec les plus de 300 opérateurs économiques venus du monde entier pour la cause. Cette nouvelle motivation des hommes et femmes d’affaires béninois et la grande satisfaction de leurs pairs venus Tunisie, de la France, du Canada, de la Belgique, du Luxembourg, du Togo, du Niger, du Maroc… a été l’œuvre de Ataou Soufiano, Président de la Chambre de Commerce et d’industrie du Bénin dont les mérites ont longuement été vantés durant ces 48 heures d’échanges. C’est d’ailleurs cela qui lui a valu sa brillante élection au poste de Vice-président de la Conférence permanente des Chambres consulaires africaines et francophones pour la mandature 2012-1014.

Les moments forts de la 37ème Assemblée générale de la Cpccaf
Plusieurs temps forts ont marqué la 37ème Assemblée générale de la Cpccaf tenue à Cotonou. Il est à rappeler que déjà le mercredi 02 novembre 2011, une grande rencontre d’échanges et d’opportunités d’affaires a eu lieu dans les locaux même de la Ccib. Ce ” be to be” a permis à la cinquantaine d’entreprises tunisiennes de présenter leurs produits aux opérateurs économiques béninois et vice-versa. Le jeudi 03 novembre 2011, il y a eu successivement la réunion des zones géographiques, la présentation de la situation économique béninoise par la mission économique de l’ambassade de France a la délégation de l`hémisphère nord francophone et l’ouverture officielle de la 37ème Assemblée générale de la CPCCAF. Une assemblée générale extraordinaire, une séance plénière, l`élection du bureau et du président de la CPCCAF pour la mandature 2012 2014 s’en ont suivi. La visite des stands de la foire économique par le bureau de la CPCCAF mettra fin aux activités de ce 03 novembre.

Cérémonie de clôture, instant de reconnaissance pour Ataou Soufiano
Le lendemain vendredi 04 novembre 2011, la réunion des commissions techniques, un grand débat sur le développement économique et métropolisation des centres urbains africains ont précédé la cérémonie de clôture sous les hospices du ministre du Commerce. Prenant la parole à cette cérémonie de clôture, Ataou Soufiano a remercié le Tout-Puissant puis le Gouvernement de Boni Yayi pour avoir permis la tenue avec succès des travaux de la 37ème Assemblée générale de la Cpccaf. Le Président de la Ccib a déclaré à ce propos : « Nous avons été un bon carrefour, la clé du Bénin est la clé du bonheur et du succès ». La satisfaction qui se lisait sur tous les visages et les nombreux contrats de partenariat et de représentation signés entre opérateurs économiques d’ici et d’ailleurs en marge de cette assemblée générale sont pour lui le gage que Cotonou a été et restera vive dans les mémoires des acteurs de la Cpccaf.
La cérémonie de clôture a été l’occasion pour Madina Séfou pour rendre public la satisfaction du gouvernement pour cette activité qui a permis à la Ccib et à ses partenaires d’horizons divers, d’apporter de solides pierres à la refondation économique prônée par Boni Yayi. Madame le ministre du Commerce a perçu l’entrée de la chambre de l’agriculture et celle des métiers de notre pays dans la Cpccaf comme des gages de crédibilité et d’ouverture économique pour le Bénin. Elle a ensuite félicité le Président Ataou Soufiano pour avoir réussi à relever brillamment le défi d’une organisation internationale avec les sommités africaines et francophones des affaires. Ses félicitations ont été aussi à l’endroit des présidents sortant et entrant de la Cpccaf. Madina séfou s’en enfin réjouit du fait que les assises de Cotonou ont dynamisé la structure et solidifier ses bases d’après les échos qui lui sont parvenus durant les deux jours de travail.
On retiendra donc qu’au soir de son mandat à la tête de la Ccib, Ataou Soufiano, infatigable artisan de la réussite des affaires au Bénin, ouvre les portes de son pays aux mondes africains et francophones des affaires.
Francis Z. OKOYA

ize:� tfp(�P�y:"inherit","serif"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman";mso-bidi-font-family:Arial; color:#333333;mso-fareast-language:FR'>7- Projet de loi portant autorisation d’adhésion à la convention du 28 septembre 1954 relative au statut des apatrides et de la convention du 30 août 1961 sur la réduction des cas d’apatridie ;

 

8- Projet de loi portant autorisation de ratification du traité de l’OHADA, signé au Québec (CANADA), le 17 octobre 2008 ;

9- Projet de loi portant autorisation de ratification de l’accord révisé portant création du Fonds de Solidarité Africaine (FSA), signé à Niamey (Niger), le 20 décembre 2008 ;

10- Projet de loi portant autorisation de ratification de l’accord de financement signé entre la République du Bénin et le Fonds Africain de Développement (FAD) dans le cadre du financement partiel du projet d’appui à la gestion des finances publiques et à l’amélioration du climat des affaires (PAGFPACAF) ;

11- Projet de loi portant autorisation de ratification de l’accord de financement signé entre la République du Bénin et l’Association Internationale de Développement (AID) dans le cadre du projet d’urgence de gestion environnementale en milieu urbain (PUGEMU) ;

12- Projet de loi portant autorisation de ratification de l’accord de financement signé entre la République du Bénin et l’Association Internationale de Développement (AID) dans le cadre du projet d’appui à la diversification agricole (PADA) ;

 

13- Projet de loi portant autorisation d’adhésion de l’Accord aux fins de l’application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la Mer adopté le 10 décembre 1982 relative à la conservation et à la gestion des stocks de poissons dont les déplacements s’effectuent tant à l’intérieur qu’au-delà de zones économiques exclusives (stocks chevauchants)et des stocks de poissons grands migrateurs, adopté le 04 août 1995, à New York ;

Dans la 19ème circonscription électorale comprenant les communes de Porto-Novo, Adjarra, Sèmè-Kpodji et Aguégués, l’Union fait la Nation avec son entité Prd a, sans grande surprise, confirmé sa suprématie en raflant quatre (04) des cinq (05) sièges en jeu. Yibathou Sanni Glèlè tête de liste de l’Un dans cette circonscription électorale avec l’appui du président Houngbédji lui-même, a comblé les attentes des partisans de l’Un avec ces résultats.

Publicités

 UN HOTEL 4 ETOILES DE RÉFÉRENCE A COTONOU