International
lundi octobre 23, 2017
Inscription

Selon le Washington Post, qui révèle l’affaire, les informations confidentielles transmises par le président américain concernent la menace du groupe Etat islamique.

Quelques jours après le limogeage surprise du patron du FBI, l’affaire provoque un nouveau séisme dans la capitale américaine. Décryptage.

Enfin, interrogé par le Washington Post, le chercheur Thomas Wright, de la Brookings Institution, ne cache pas sa colère : «Ces derniers mois, nous avons entendu que Trump se normalisait. Cela ne fait aucun sens. Il y a des gens censés qui travaillent autour de lui en permanence pour éviter une catastrophe. Mais au final, c’est lui qui décide et il fera ce qu’il veut, aussi fou soit-il. Nous sommes des aveugles en train de danser au bord du précipice».

Quelles peuvent être les conséquences ?

Potentiellement, elles sont nombreuses et de nature diverse.

Sur le terrain, tout d’abord, ces fuites d’informations confidentielles pourraient profiter à la Russie. Le fait que Donald Trump ait partagé le nom de la ville au centre de la menace pourrait s’avérer «particulièrement problématique», selon les officiels interrogés par le Washington Post. Grâce à cette information précise, Moscou pourrait en effet tenter d’identifier la source locale dont les renseignements sont transmis aux Etats-Unis par un pays allié. Or, cette source pourrait s’avérer utile sur d’autres sujets que Daech, comme par exemple la présence russe en Syrie. Les autorités russes, soulignent le Post, pourraient chercher à identifier la source et en perturber le travail.

En matière de renseignement, ensuite, les confidences de Trump à Sergueï Lavrov et Sergueï Kislyak risquent d’irriter fortement le pays allié à l’origine des informations, qui pourrait en représailles retirer sa confiance à Washington. «Si nous arrivons à un point où nos alliés les plus proches refusent de partager leurs informations, cela serait le pire résultat imaginable», dit à USA Today Mark Zaid, avocat spécialisé des questions de sécurité nationale. Comme le dit un ancien responsable du renseignement au rédacteur en chef du Weekly Standard, une publication conservatrice, «partager les informations d’un autre pays sans son accord est l’une des lignes rouges les plus brillantes du monde du renseignement».

 

Enfin, politiquement, Donald Trump pourrait sortir affaibli de cette nouvelle affaire, qui renforce l’image d’un président amateur, dilettante voire irresponsable. Englué depuis des semaines dans une impopularité record (moins de 40%), le milliardaire conserve pour l’heure le soutien massif de la base républicaine. Mais certains élus conservateurs, eux, pourraient être tentés de s’éloigner d’un président perçu comme de plus en plus toxique. Sans doute pas au point, toutefois, de lancer une procédure de destitution à son encontre, ce que réclament un nombre croissant d’opposants.

Au Rwanda, le charpentier Cleophas Habiyaremye a découvert qu’il était possible de fabriquer des meubles de haute qualité avec des troncs de bananiers comme matières premières.
Il y a quelques années, la tige de bananier constituait encore un déchet agricole important pour les producteurs qui ne savaient pas quoi en faire lorsque l’arbre arrivait en fin de vie ou ne donnait plus de fruits. Peu après, elle était devenue utile et ceci n’est que le nouvel usage qu’on fait de la tige de bananier.

Eco-shoes, une innovation signée Mabel Suglo, une jeune ghanéenne de 21 ans, est une chaussure fabriquée à partir de déchets lents à se dégrader comme les pneus usagés et les tissus recyclés . Lors de la présentation de son entreprise au prix Anzisha, elle explique l’une des raisons qui lui ont inspiré cette initiative. « Je souhaite construire une génération de consommateurs soucieux d’employer des produits de bonne qualité et confiants en la capacité du recyclage à créer des trésors.», a-t-elle fait savoir.

Mamane Abdou Kané, un jeune nigérien a mis au point un système agricole de télé irrigation. Ce système permet aux maraîchers du pays d’arroser à distance leur exploitation agricole au moyen d’un appareil composé d’un système de production d’énergie, d’un système d’exhaure et des appareils d’irrigation.